Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

10 Jun

Cameroun : Préparation des Jeux Olympiques: La galère des boxeurs camerounais

Publié par Benoît Sainte Marie

Cameroun : Préparation des Jeux Olympiques: La galère des boxeurs camerounais

Les trois pugilistes camerounais qualifiés pour les prochains Jeux Olympiques s’entraînent dans des conditions dantesques à Yaoundé alors qu’ils devaient quitter le pays il y a un mois.

La préparation des boxeurs camerounais n’est pas vraiment optimale à 56 jours du début des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Simplice Fotsala (49 kg), Smaila Mahaman (64 kg) et Wilfried Seyi (75 kg), devaient quitter le pays il y a quatre semaines pour l’Ukraine où un camp d’entraînement se déroule en ce moment. Mais, comme très souvent, les pugilistes sont restés bloqués au Cameroun.

Selon une source à la Fédération Camerounaise de Boxe (FECABOXE), c’est un problème administratif qui est à l’origine du retard. «Le Cameroun n’ayant pas d’Ambassade d’Ukraine sur place, il fallait chercher les visas en Algérie. Cela a pris du temps, mais les choses vont bientôt s’arranger», explique notre interlocuteur.

En attendant, les athlètes continuent de se «préparer» à Yaoundé, dans des conditions peu enviables. Une séance d’entraînement tous les après-midi au Camp de l’unité. «C’est très dur», déclare Smaila Mahaman.«Puisque nous ne sommes pas pris en charge, on vient aux entraînements quand on peut. Quand il n’y a pas d’argent de taxi, on reste à la maison» ajoute-t-il.

Des propos soutenus par son camarade Simplice Fotsala: «Moi, je ne vis pas à Yaoundé. Donc vraiment, ce n’est pas facile pour moi, car je dois me loger, me nourrir. Dans ces conditions, je ne peux pas bien récupérer», renchérit-il. Même l’encadrement technique semble perturbé par ce retard. «On voulait être en Ukraine depuis le début du camp d’entraînement parce que là-bas, il y aura l’Allemagne, la Tunisie et l’Ukraine. Ça nous aurait permis d’avoir des sparring-partners variés. Chose très importante pour nos boxeurs, car, comme vous le savez, les JO regroupent les athlètes des cinq continents», indique quelque peu gêné, Alain Didier Ngatcha, l’entraîneur national en chef.

Une situation difficile donc pour ses boxeurs qui ambitionnent tous de ramener une médaille olympique. Jusqu’ici, le Cameroun en compte 2: l’argent de feu Joseph Bessala en 1968 et le bronze de Martin Ndongo Ebanga en 1984.

Aux dernières nouvelles, les boxeurs camerounais vont quitter le pays le 14 juin 2016.

AUTEUR: Jean-Marie Nkoussa

SOURCE: http://www.cameroon-info.net/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .