Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

17 Jun

L'acte de vente de la maison de Mohamed Ali aux enchères

Publié par Benoît Sainte Marie

L'acte de vente de la maison de Mohamed Ali aux enchères
L'acte de vente de la maison de Mohamed Ali aux enchères

Le récent décès de Mohamed Ali a sacralisé tout ce qui touche de près ou de loin au boxeur. Ici, la preuve de la vente de son bien à la grand-mère d'une autre légende, le basketteur Kobe Bryant.

Déjà légendaire de son vivant, le plus grand boxeur de tous les temps, Mohamed Ali a tracé les derniers contours de sa légende depuis son trépas le 3 juin dernier, dans l'Arizona. À la mort d'un mythe succèdent toujours l'adoration et le recueillement idolâtre. Comme un rituel, les objets, précieux comme triviaux, ayant ne serait-ce que frôlé l'épiderme du personnage mythifié sont vendus à des sommes qui dépassent l'entendement.

En l'occurrence, les adorateurs d'Ali auront l'occasion de se disputer le titre officieux de « plus grand fan de The Greatest » lors des prochaines enchères prévues en août mettant en vente un document signé de la main de leur idole, qui atteste la cession de sa propriété de Philadelphie à la grand-mère du basketteur célébrissime Kobe Bryant, Mildred Cox.

Un morceau de papier qui vaut de l'or

On est en 1973 lorsque Mildred Cox et son second mari John acquièrent la demeure de Mohamed Ali, appartenant initialement à ses parents qui la lui cédèrent, pour la somme de 67 000 dollars. Dans cette maison, Cassius Clay, rebaptisé lui-même Mohamed Ali, a vécu entre 1970 et 1971 avec sa famille, avant de partir pour le New Jersey. Quelques années plus tard, le boxeur et sa femme Belinda, dont la signature est bien visible sur le document, décident de mettre en vente ladite propriété. Aujourd'hui, Mildred Cox y vit encore, selon les dires du commissaire-priseur Ken Goldin, qui dirigera les futures enchères, mais elle envisagerait de la vendre également pour rejoindre Pam, la mère de Bryant, sa fille donc, à Las Vegas. De quoi se constituer un pécule non négligeable pour acquérir un nouveau pied-à-terre, peut-être…

D'abord évalué à 10 000 dollars, l'acte de vente sur lequel figure la sacro-sainte signature d'Ali pourrait en réalité valoir bien davantage. Goldin se justifie ainsi : « Ce document est une pièce unique, vieille de 45 ans. Dans cette maison, les familles Ali et Bryant ont passé une grande partie de leur vie. » La présence indirecte de la star de NBA Kobe Bryant dans cette transaction ne peut en effet que faire gonfler la valeur de ce morceau de papier puisque lui aussi fait l'objet d'un culte à son effigie.

AUTEUR: PAR LA RÉDACTION DU POINT.FR

SOURCE: Le Point.fr

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .