Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

12 Jul

Daouda Sow, boxeur de Hem: «En 1998, il aurait été inimaginable de voir un Français heureux que son équipe perde»

Publié par Benoît Sainte Marie

Daouda Sow, boxeur de Hem: «En 1998, il aurait été inimaginable de voir un Français heureux que son équipe perde»

Le boxeur hémois Daouda Sow, vice-champion olympique en 2008, fait un « constat très triste » à l’issue de l’Euro 2016 : beaucoup de Français souhaitaient la défaite de leur équipe nationale. Il regrette cette fracture et appelle à redevenir uni, comme en 1998.

Porter les couleurs de l’équipe de France, Daouda Sow l’a fait en 2008. Médaillé d’argent lors des Jeux Olympiques à Pékin, le boxeur hémois a lu avec tristesse de nombreux contacts souhaiter la défaite des Bleus pendant l’Euro 2016. Alors sur Facebook, il a partagé son ressenti quelques heures après la finale perdue contre le Portugal : « Je fais un constat très triste. Il y a vraiment une fracture entre les Français. En 1998, il aurait été inimaginable de voir un Français heureux de voir son équipe perdre. En 2016, on peut voir via les réseaux sociaux la joie de certains Français (black, blanc, beur) joyeux que l’EDF perde », écrit-il notamment. Sa publication entraîne depuis un vrai débat public sur sa page.

« Peu importe nos origines, on doit logiquement être pour sa patrie »

Daouda Sow, 33 ans, avait 16 ans lorsque l’équipe de Zidane et Deschamps a remporté le mondial à domicile. Tout le monde était derrière. « Et pourtant à l’époque, il y avait des joueurs qui auraient aussi pu être sélectionnés… », rappelle-t-il en référence à Cantona et Ginola non retenus. Car le boxeur est bien conscient que la non-sélection de Benzema et de Ben Arfa explique en partie ces réactions contre les Bleus. « Qu’on aime le foot ou non, peu importe les circonstances, peu importe l’origine qu’on a – qu’on soit franco-sénégalais, franco-algérien, franco-portugais –, on doit logiquement être pour sa patrie. Nos origines, il ne faut pas les renier, c’est notre force mais on est aussi Français. »

« Vivre ensemble, c’est vivre heureux »

« On sait très bien que l’engouement autour d’une équipe nationale reflète le climat dans un pays », poursuit Daouda Sow conscient que le « système » en place divise les individus plus qu’il ne les rassemble. Il appelle chacun à redevenir uni comme en 1998 : « On a une force, c’est la mixité. Or, aujourd’hui, on n’a pas envie d’accepter que la France est multiculturelle, que la France a des modes de vie différents. D’un point de vue général, on n’est pas tolérant envers l’autre. »

Bien sûr, le Hémois sait ce que le sport de haut niveau lui a apporté. « J’ai eu la chance de voyager avec le sport, de faire quasiment le tour du monde. Et ces échanges, c’est une force. Peut-être qu’aujourd’hui, si je n’avais pas voyagé, je n’aurais pas cette vision. Je veux convaincre les gens que vivre ensemble, c’est vivre heureux. »

AUTEUR: PAR CHARLES-OLIVIER BOURGEOT

SOURCE: http://www.lavoixdunord.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .