Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

23 Jul

JO 2016 : DJELKHIR CHARGE ENCORE LA FFB

Publié par Benoît Sainte Marie

JO 2016  : DJELKHIR CHARGE ENCORE LA FFB

Après avoir renoncé à son billet pour les Jeux Olympiques, Khedafi Djelkhir s’est longuement confié au quotidien L’Equipe et critique à nouveau la Fédération Française de boxe, qui a décidé de lui répondre.

Premier qualifié pour le tournoi olympique de boxe à Rio via l’AIBA Pro Boxing, Khedafi Djelkhir a récemment renoncé à son billet pour le Brésil. Le vice-champion olympique chez les poids plume à Pékin est longuement revenu sur ce qui motive sa décision dans une interview accordée au quotidien L’Equipe. « Je suis dans l’incapacité de représenter pour la troisième fois mon pays, après être allé en 2004 à Athènes et en 2008 à Pékin où j’ai obtenu la médaille d’argent des plume », confirme Khedafi Djelkhir. S’il confirme que la Fédération Française de boxe a été derrière lui dans la phase de qualification, il a senti que cet élan n’allait pas continuer et par de soucis administratifs. « J’ai été aidé par la FFB pour obtenir cette qualification en février 2015. Mais une fois que l’objectif a été atteint, il n’y a plus eu de stratégie, regrette ce dernier. Je suis profondément meurtri et désolé de cette situation. Je n’ai pas eu les sparring-partners nécessaires pour préparer mon seul combat depuis lors. Depuis douze mois, rien n’a été mis en place pour moi, alors qu’il fallait me réhabituer à passer des matchs en douze rounds des pros à ceux en trois rounds aux Jeux. Je n’ai eu que des tracas administratifs. »

DJELKHIR DÉNONCE UNE DIFFÉRENCE DE TRAITEMENT

Ce qui a irrité Khedafi Djelkhir, c’est ce qui ressemble à une différence de traitement entre d’autres boxeurs qualifiés pour les Jeux Olympiques de Rio et lui, notamment sur des questions de primes, qu’il a finalement reçu après un passage devant la justice. « Après ma qualification, on m’a dit qu’il n’y avait pas de prime. J’ai dit OK. Ensuite, j’ai appris qu’il y en avait une pour un autre boxeur. Alors, j’ai dû prendre une avocate pour que la FFB m’en verse une, résume le boxeur. Tout est fait à la tête du client. Il aurait fallu une règle, alors que les choses sont ambiguës, pas claires. Et, preuve que j’ai raison, j’ai eu ma prime. » La confirmation de son refus d’aller à Rio est arrivée la semaine passée alors que l’annonce avait été faite il y a plusieurs mois via les réseaux sociaux, ce qui ressemblait à un appel au secours pour faire changer les choses. « Début mai, j’espérais faire réagir les gens, obtenir des conditions décentes d’entraînement. Mais personne n’a essayé de me joindre, se résigne-t-il. Comme me l’a dit le président de la FFB, André Martin, je ne représente pas l’avenir à trente-deux ans. » Une Fédération qu’il critique toujours plus sévèrement. Il justifie sa mise à l’écart par sa volonté d’aider les jeunes boxeurs, qui n’est pas bien passée au sein des dirigeants de la FFB. « J’ai défendu les boxeurs plus jeunes de l’équipe de France. Lors d’un stage, ils pleuraient en venant vers moi, disant qu’ils ne touchaient que 300 euros chaque mois de la part de la fédé et qu’ils ne pouvaient pas rentrer chez eux, assure Khedafi Djelkir. Je lui ai apporté mon soutien, mais on a cru que j’étais l’instigateur de cette rébellion. Pour obtenir le meilleur d’eux, il faut leur donner de l’argent. J’en ai parlé au DTN Kévinn Rabaud. Il est au courant de ces pratiques. Je ne veux déstabiliser personne, mais je défends les boxeurs. »

RABAUD REMET EN CAUSE LA VERSION DE DJELKHIR

Cette sortie médiatique de Khedafi Djelkhir n’a pas manqué de faire réagir et c’est par la voix du DTN Kevinn Rabaud que la FFB s’est exprimée, toujours dans le quotidien L’Equipe. Et, sans grande surprise, il remet en cause la version des faits présentée par le boxeur. « Il veut nuire à l’équipe, la perturber. Avec le mi-lourd Mathieu Bauderlique, lui aussi professionnel, qui s’est qualifié dans les mêmes circonstances que lui, notre préparation convient très bien. Il fallait faire beaucoup de stages et Djelkhir, qui vient d’avoir un deuxième enfant, ne le souhaitait pas, déclare le DTN. Il n’est pas monté dans le train. Nous avons accepté qu’il se prépare seul, mais il voit aujourd’hui que ce n’est pas possible. Quant à ses affirmations sur les cadres fédéraux qui réclament de l’argent, il fait une mauvaise interprétation. Il a demandé à l’un d’eux de s’occuper de lui, mais ce cadre lui a répondu qu’il était missionné pour certains boxeurs et pas payé pour s’occuper de lui. Ce n’est pas Djelkhir qui choisit qui l’entraîne. S’il a vraiment donné de l’argent à l’un d’eux, qu’il m’en fasse part par écrit. » Alors que la boxe française va envoyer sa délégation la plus large pour des Jeux Olympiques, elle s’impose un psychodrame qu’elle aurait pu facilement éviter.

SOURCE: http://www.sport365.fr/

AUTEUR: MATHIEU WARNIER

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .