Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

08 Jul

Karim Achour de retour devant les juges

Publié par Benoît Sainte Marie

Karim Achour de retour devant les juges

Contrôlé positif à l’issue de sa victoire face à Moez Fhima le 31 octobre 2015 à Noisy-le-Grand, le poids moyen du BCO Pont-Saint-Maxence demande au Conseil d’Etat l’annulation de la sanction.

Karim Achour ne raccroche pas les gants. Cinq mois après la décision du 8 février 2016 par laquelle la commission d’appel antidopage de la Fédération française de boxe (FFB) lui a interdit de participer pendant six mois aux manifestations sportives labellisées FFB, l’octuple champion de France, huit fois distingué, continue le combat devant la justice.

Le boxeur picard continue de contester formellement les conditions dans lesquelles s’est effectué dans un premier temps le contrôle antidopage organisé par la FFB, qui a décelé des traces de prednisolone, un glucorticoïde interdit en compétition sportive. Il remet également en cause la composition de la commission de la FFB qui a procédé à sa suspension. Une sanction prévue d’abord pour une période de douze mois, ce qui entraîne automatiquement la perte de son titre de champion de l’Union européenne conquis ce soir-là face à Fhima, puis réduite à six mois après qu’il avait fait appel le 8 février.

Décision dans les prochains jours

Mais ce n’est pas suffisant pour le champion qui s’est retourné ensuite vers le juge des référés du tribunal administratif de Montreuil afin de demander également la suspension de cette décision. Puis hier vers le Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative. Le boxeur pontois maintient qu’il ne s’est jamais dopé, mais avait, ce soir-là, fait usage d’un spray nasal qui aurait laissé des traces de glucocorticoïdes dans ses urines. Parmi dix autres arguments de procédure, il remet notamment en cause la légitimité de la FFB à diligenter un contrôle pendant cette manifestation, la qualité de la personne qui a effectué le contrôle (car cette dernière aurait prêté serment en 1996 et n’aurait pas depuis suivi de formation suffisante en ce domaine), ainsi que le fait qu’une vérification de ce contrôle n’ait pas été réalisée sur un second échantillon, ce qui aurait offert selon lui, une autre lecture.

Malheureusement pour le Picard, le rapporteur public Béatrice Bourgeois-Machureau n’a voulu retenir aucun de ces moyens. Pour le représentant du Conseil d’Etat, la procédure de la FFB était en tous points légale, ce d’autant que Karim Achour n’avait demandé aucune autorisation pour soigner un rhume et que sa déclaration préalable signée le 1er novembre 2015 spécifiait qu’il ne prenait rien. Elle a donc proposé aux juges de rejeter le pourvoi du boxeur. La décision sera connue dans les prochains jours.

SOURCE: http://www.courrier-picard.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .