Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

27 Jul

L'Histoire du jour : De sans-abri à combattant de l'UFC !

Publié par Benoît Sainte Marie

L'Histoire du jour : De sans-abri à combattant de l'UFC !

«J'ai quitté le Cameroun pour essayer de vivre, de survivre», évoluant dans l'Ultimate Fighting Championship (UFC), Francis Ngannou.
Lors d'un entretien avec John Morgan, le poids lourd de 29 ans explique comment les arts martiaux mixtes lui ont permis de se sortir de la misère.
«Lorsque j'étais au Cameroun, je ne voyais aucune issue, aucune chance de bâtir quelque chose ou d'avancer. Je pouvais simplement survivre», explique celui qui affrontera Bojan Mihajlovic samedi soir dans un événement disponible gratuitement à la télévision.

Morgan écrit que Ngannou faisait quelques petits travaux par-ci par-là pour arrondir les fins de mois, mais dans un pays où le revenu annuel moyen est de 1300 $, le combattant savait que le futur était loin d'être rose.
Pour ces raisons, il a décidé de tout laisser derrière et de déménager en France. Passionné par un Mike Tyson au sommet de sa forme, il s'est dit que la boxe pourrait lui permettre de se sortir de la pauvreté. En toute honnêteté, Ngannou confie que la France n'était pas vraiment mieux.

Ces pensées, il les avait avant d'entrer dans le gym MMA Factory de Paris, dans lequel il a mis les pieds pour la première fois il y a environ trois ans.
Là où tout a commencé
Le propriétaire du gym, Fernand Lopez, a supplié Ngannou de pratiquer les arts martiaux mixtes en raison de son imposant physique: «Mon collègue m'a téléphoné pour me dire qu'un homme gigantesque s'est présenté au gymnase avec le désir de s'entraîner. Le lendemain, j'ai rencontré Francis. J'ai parlé avec lui, je lui ai donné deux sacs remplis de vêtements et d'équipement et je lui ai dit: "S'il vous plaît, pratique les arts martiaux mixtes!"»
C'est donc sans expérience que le Camerounais a assisté à une séance d'entraînement pour débutants. Il ne connaissait rien de la discipline, mais Lopez était déjà convaincu.
«En regardant la façon dont il se déplaçait et qu'il pensait, on pouvait voir qu'il était très intelligent et qu'il apprenait rapidement. Je savais que s'il continuait de s'entraîner, il pourrait un jour être champion du monde» s'excite l'entraîneur.
Lopez ne se doutait cependant pas que le plus gros du travail ne s'effectuerait peut-être pas pendant les entraînements...
De la rue à un potentiel championnat
«Il a demandé si on pouvait laisser ses sacs à l'intérieur du gymnase, car ce n'était pas sécuritaire pour lui de les laisser à l'extérieur. C'est à ce moment que j'ai compris qu'il n'avait pas de domicile fixe. Je lui ai donc offert de dormir dans la salle et nous (l'équipe) avons commencé les démarches pour lui trouver un toit convenable», souligne Lopez.
Même s'il rêvait de devenir un boxeur, il a tourné son attention vers les arts martiaux et est tombé en amour avec ceux-ci.
Malgré une défaite lors de son deuxième combat professionnel, il a ensuite enchaîné quatre victoires avant la limite, pour finalement recevoir l'appel de l'UFC en décembre 2015.
Il a déjà lancé un sérieux avertissement à tous les membres de la division des poids lourds de l'UFC, en remportant ses deux premiers combats dans l'organisation par KO.
Des portes s'ouvrent pour les jeunes Camerounais
Sept mois après son entrée dans la plus grande organisation d'arts martiaux mixtes au monde, Ngannou souhaite maintenant faire profiter les gens de son pays. Déjà, il a mis sur pied des oeuvres de bienfaisance pour donner la chance à certains de grandir et de se sortir de la pauvreté.
«Je veux offrir aux jeunes l'opportunité de rêver d'une carrière en tant que combattant. La dernière fois que j'ai été au Cameroun, j'ai apporté beaucoup d'équipement de boxe et d'arts martiaux mixtes pour ouvrir un gymnase. J'ai maintenant acheté un grand espace pour ouvrir ce fameux gym», appuie-t-il.
Il souligne que pour beaucoup de jeunes, il est maintenant un modèle, un exemple à suivre: «Plusieurs Camerounais souhaitent être champions d'arts martiaux. Ils se disent qu'ils seront des boxeurs comme moi, car ils voient jusqu'où j'ai pu grimper, malgré mes difficultés. Ils croient et rêvent à une vie meilleure. C'est tellement difficile, mais tout est possible», indique le combattant.
Pour lui, tout a débuté par un rêve. Aujourd'hui, le scénario s'écrit devant ses yeux, au fur et à mesure qu'il surmonte les défis que sont les poids lourds qu'il doit affronter dans l'Octogone.
«J'ai toujours eu beaucoup d'ambition. Désormais, les opportunités de réaliser mes rêves se présentent très rapidement. Mon nouvel objectif est maintenant de devenir champion de l'UFC», termine Francis Ngannou.

SOURCE: http://www.journaldequebec.com/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .