Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

29 Jul

Michael Griffin, l'arbitre chanceux d'Adonis

Publié par Benoît Sainte Marie

Michael Griffin, l'arbitre chanceux d'Adonis

C’est vrai, Thomas Williams est un bon cogneur, mais Adonis Stevenson est plus explosif que lui et je suis convaincu qu’il frappe plus fort . Si les connaisseurs ont raison, l’affrontement entre les deux hommes ne durera pas longtemps. Six rounds, tout au plus. Et selon moi, c’est Superman qui sortira victorieux vendredi soir. À Québec.

Le plus grand fait d’armes de Williams, en carrière, est ce triomphe-surprise par mise hors de combat sur Edwin Rodriguez dès le deuxième round en avril dernier. Quant à ses autres victimes, ce sont tous des pugilistes ordinaires.

C’est Griffin qui était l’arbitre en 2013 quand Stevenson a gagné la couronne WBC des mi-lourds contre Chad Dawson et c’est aussi Griffin qui a levé le bras de Superman contre Tavoris Cloud, Tony Bellew, Dmitry Sukhotsky et Sakio Bika.À la veille de l’affrontement pour le titre WBC entre les deux hommes, Wiliams devrait se sentir quelque peu nerveux. Bien qu’il soit sous l’impression que Superman n’est pas le boxeur le plus populaire, même s’il est chez lui, Top Dog devrait savoir qu’Adonis n’a jamais perdu à Québec et qu’il n’a jamais été défait quand Michael Griffin était l’arbitre de ses combats.

Stevenson a 38 ans

Ce qu’il faut retenir chez Stevenson, c’est qu’il est âgé de 38 ans. Il en aura 39, le 22 septembre prochain. En somme, il est le plus âgé des autres champions de sa catégorie. Sergey Kovalev a fêté ses 34 ans le 25 juillet dernier, tandis que Jurgen Brahmaer aura 35 ans le 5 octobre prochain.

Même si Adonis prétend qu’il est en grande forme, il faut se souvenir qu’il n’a pas boxé depuis onze mois, soit depuis le 11 septembre dernier alors qu’il défendait sa couronne avec succès pour la sixième fois.

« Quand il va aller au plancher, il va rester au plancher »

Autre avantage pour Adonis, ce sont les rivaux. Jetez un coup d’œil sur son palmarès. Tommy Karpency, Sakio Bika, Dmitry Sukhotsky, Andrzej Fonfara, Tony Bellew, Tavoris Cloud et Chad Dawson, pour ne nommer que ceux là.

En revanche, Thomas Williams n’a eu qu’un seul rival de qualité et c’est Edwin Rodriguez. On peut aussi ajouter le nom de Gabriel Campillo, le seul boxeur à lui passer le K.-O., mais il faut se souvenir que ce Campillo avait été une proie facile pour Arthur Beterbiev qui l’avait pratiquement assommé au 4e assaut en avril 2015.

Williams a battu le Cubain Umberto Savigne par T.K.-O. au deuxième round, mais rappelez-vous qu’il est allé au tapis au premier round sur un direct de gauche. Auparavant, il avait connu le même sort au premier engagement contre Cornelius White, encore une fois sur une gauche, mais cette fois en crochet.

Septième défense

Stevenson en sera donc à sa septième défense de sa couronne WBC des mi-lourds. Jusqu’ici, il a eu la vie relativement facile avec des triomphes à chacune de ses six défenses. Cette fois, il s’en prendra au huitième aspirant à sa couronne qui n’a été vaincu qu’une seule fois. Mais Williams a dix ans de moins que le champion...

Adonis nous explique son spagat d'après pesée

Stevenson prétend qu’il anticipe et a hâte d’affronter le gagnant du combat entre Sergey Kovalev et Andre Ward, qui devrait être présenté le 19 novembre prochain, bien qu’aucun papier n’ait encore été signé entre les deux hommes.

Pour que cela se produise, il faut que Superman sorte victorieux contre Williams et c’est sa performance qui nous permettra de juger si à 38 ans, il est toujours le même boxeur puissant et excitant à voir qu’on a connu jadis.

Mon choix : Stevenson victorieux par K.-O. /6e

Alvarez devra épater

Si je me fie aux déclarations d’Yvon Michel, Eleider Alvarez pourra enfin se battre pour le titre d’Adonis Stevenson l’automne prochain, bien entendu à condition que Superman l’emporte sur Thomas Williams, en finale de la soirée. Après tout, Alvarez est le premier aspirant à la couronne d’Adonis.

Eleider Alvarez (Source: Vincent Ethier)

Il ne fait aucun doute qu’Alvarez est un bon boxeur. Il présente une bonne expérience amateur. Il a combattu aux Jeux olympiques de 2008 à Beijing, en Chine. Il a gagné la médaille d’or aux Pan Am de 2007 et il est toujours invaincu après 19 combats chez les pros.

Mais il lui manque un petit quelque chose s’il veut vraiment devenir champion... Il faut qu’il soit plus explosif, plus spectaculaire dans ses combats s’il veut vraiment s’attirer des admirateurs.

Sa performance contre Robbie Berridge nous donnera une meilleure idée de son talent, surtout de sa façon de gagner ses combats.

Pas trop spectaculaire

Jusqu’ici, Alvarez n’est pas parvenu à enthousiasmer les foules en dépit de ses 19 victoires. On lui reproche une force de frappe bien ordinaire (10 K.-O. en 19 victoires) et un style qui ressemble bien plus à celui d’un pugiliste amateur que d’un boxeur professionnel.

Et la question qu’il faut se poser, c’est : si Eleider ne parvient pas à épater la foule contre Robert Berridge, comment Yvon Michel s’y prendra-t-il pour mousser la vente des billets dans une confrontation entre Alvarez et Stevenson à l’automne?

À ses dix derniers combats, celui qu’on surnomme Storm a présenté une fiche parfaite de dix triomphes, cinq par K.-O. et cinq par décision. C’est bon, mais ce n’est pas suffisant pour vendre des billets.

D’ailleurs, dans un affrontement contre Stevenson, je demeure convaincu que Superman parviendrait à percer cette défensive hermétique d’Alvarez et gagnerait l’affrontement par K.-O. Mais combien de personnes seraient prêtes à payer le gros prix pour ensuite assister à une telle rencontre?

Berridge a perdu deux de ses trois derniers combats par décision, il a déjà été défait par T.K.-O./5 par Vasily Lepkihin et a aussi été victime par décision contre Blake Caparello.

Berridge ne fait que 5 pieds 8 pouces, soit quatre pouces de moins qu’Alvarez. Déjà là, l’avantage va du côté du Colombien. C’est à lui d’en profiter.

Je demeure convaincu qu’Eleider est un bien meilleur boxeur que Berridge. Mais c’est la façon dont il parviendra à vaincre son rival qui décidera si oui ou non il est de taille pour Adonis, surtout sur le plan spectaculaire.

Pour le moment, il a des croutes à manger.

Mon choix : Alvarez par décision.

Bonne boxe!

SOURCE: RDS.CA

auteur: JEAN-PAUL CHARTRAND

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .