Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

02 Aug

BRAEKHUS-MATHIS, HEURE DE LA REVANCHE

Publié par Benoît Sainte Marie

BRAEKHUS-MATHIS, HEURE DE LA REVANCHE

CHAMPIONNAT DU MONDE ( WBC, WBA, WBO, IBF, IBO) DES WELTERS, LE 1ER OCTOBRE, À OSLO

Nancy. C’est un peu le combat… que plus personne n’attendait. À commencer par Anne-Sophie Mathis elle-même !

Retraitée des rings (de boxe anglaise) depuis un an et demi, la Nancéienne (39 ans) renfilera pourtant bien les gants le 1er octobre prochain, à Oslo, poussée par un challenge sportif et une bourse qui, selon l’expression consacrée… ne se refuse pas !

Après un premier rejet poli et un mois de tractations menées par son agent Christel Aujoux, qui lui auront permis au passage de tripler une offre tenue secrète - mais déjà jugée confortable - Anne-Sophie Mathis a donc accepté la ‘’superproduction’’ que lui proposait l’entourage de Cecilia Braekhus (34 ans ; 28V, 0D), pour le tout premier combat professionnel de la « First Lady » sur ses terres. Et le grand retour de la boxe féminine en Norvège après 35 ans d’absence (*).

Cet automne, près de 10.000 personnes devraient ainsi se masser dans l’arène du « Spektrum » d’Oslo pour assister à la « revanche » entre la Lorraine et la championne du monde unifiée des welters (WBC, WBA, WBO, IBF, IBO), quatre ans, presque jour pour jour après le premier choc entre Mathis et Braekhus, en 2012, au Danemark. Un premier échange qui s’était soldé par une victoire aux points de la Norvégienne d’origine colombienne (97-93 pour les trois juges).

« C’était un combat équitable, qui s’est joué de justesse. Mais dans tous les cas, si j’accepte cette deuxième chance, c’est pour gagner et le faire avant la limite », a assuré lundi à Oslo la Lorraine, dans une conférence de presse où avait été tue jusqu’au dernier moment l’identité de l’adversaire de Braekhus (silence garanti par un accord écrit avec le clan tricolore !)

« Anne-So m’a appelé dès mon retour de vacances, il y a une bonne semaine de cela. Elle m’a dit qu’elle avait envie de faire ce combat et m’a demandé mon avis. Je n’ai pas hésité, car c’est vraiment un gros challenge », confie René Cordier, le coach et mentor de toujours, rentré fourbu mais enthousiaste de la capitale scandinave, que le camp français n’a pu quitter qu’après s’être plié à une interminable séance photos. Exercice de clôture d’une « impressionnante mise en scène »…

Subsiste la question de la compétitivité d’Anne-Sophie Mathis, qui dispose aujourd’hui d’un (court) délai de neuf semaines pour se mettre au niveau de l’événement. Et de la première femme au monde dépositaire de l’ensemble des ceintures d’une même catégorie !

« Je n’ai pas perdu de temps, sourit René Cordier. J’ai déjà pas mal étudié la vidéo du premier match, dans lequel Braekhus a, certes, cassé le rythme avec ses accrochages, mais où Anne-Sophie m’a paru quelquefois un peu inerte. On va donc travailler là-dessus», anticipe René Cordier, plutôt serein.

«Physiquement ? Elle s’est toujours entretenue à travers sa préparation pour le pieds-poings. Elle a perdu 4 kilos (68) et n’est déjà plus très éloignée du poids requis (66,678kg chez les welters, sachant qu’après sa défaite au Danemark, Mathis était montée chez les super-welters). Quant à son mordant, je dirais plutôt qu’elle l’a retrouvé ! », assure René Cordier.

Sa protégée (28V, 3D, 1N) a deux mois devant elle pour le prouver.

(*) La boxe féminine professionnelle était frappée d’interdiction en Norvège depuis 1981.

AUTEUR :F.VA

SOURCE : http://www.estrepublicain.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .