Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

28 May

François Bastient l'emporte dans la chaleur de la nuit louvroilienne

Publié par Benoît

François Bastient l'emporte dans la chaleur de la nuit louvroilienne
Samedi soir, dans la touffeur de Louvroil, François Bastient a engrangé un deuxième succès depuis son retour. De son côté, Rémi May tombait sur plus fort. Ces deux combats mettant aux prises des boxeurs de l’Avesnois ne furent pas les plus intéressants du gala.
 
Quelle chaleur ! Ruisselant de sueur à la fin de son combat pourtant disputé après 21 heures, François Bastient avouait sans ambages ne pas être fait pour boxer dans ces conditions. Une fois n’est pas coutume, la salle Dufour était allumée sur thermostat 8, au moins. Et le Fourmisien a souffert. Non pas de l’opposition proposée par le Bulgare Borislav Zankov – «  Franchement, il n’était pas bon  ». Mais de cette chaleur étouffante : «  On ne peut rien faire, si ce n’est s’économiser dans la distribution de coups.  » Sorti de ce piège, le vétéran fourmisien (bientôt 36 ans) remporte son deuxième combat depuis son retour sur les rings, en mars, après trois ans de retraite. Et il a apprécié l’accueil chaleureux du Boxing sport de Louvroil :
 
«  J’ai été bien reçu, c’est des copains. Je tiens à remercier le club.  » Avant de glisser une phrase pleine de sous-entendus : «  Ici, au moins, on n’est pas jugé. On est aimé pour ce qu’on est.  » Et bim, le crochet sorti de nulle part ! Selon son père et entraîneur, Jim Bastient, c’est la municipalité fourmisienne que François vise : «  À Fourmies, la boxe n’a pas la reconnaissance des élus.  »
 
Rémi May impuissant
 
En l’absence des autres boxeurs professionnels louvroiliens, Rémi May portait sur ses épaules le poids de représenter son club. Une responsabilité trop lourde. Passé pro il y a trois mois, le boxeur de 28 ans n’a pas pu rivaliser avec le Parisien Ayoub El Ghallouchi, trop fort pour lui, tout simplement. Une troisième défaite en trois combats qu’il peut encaisser la tête haute, tant il a su faire preuve de courage pour ne pas craquer avant la limite.
 
Hénin-Beaumont fait le show
 
Les spectateurs qui n’étaient pas sortis de la salle pour se rafraîchir ont pu apprécier la jolie technique de l’Héninois Laïd Douadi. Dans la position du prédateur, il n’a pas laissé un instant de répit au Slovaque Ivan Godor. Âgé de 24 ans, il est assurément l’un des boxeurs régionaux les plus prometteurs de sa génération.
 
Et alors que la salle Dufour revenait à des températures beaucoup plus acceptables, le combat pour le titre féminin WBF (super-légers) entre la Belge d’Hénin-Beaumont Oshin Derieuw, et Marion Montanari, de Bourgoin-Jailleux, tenait toutes ses promesses. Plus incisive, la Belge a remporté la ceinture à l’unanimité des juges.
 
Au sujet de la photo : François Bastient a plus souffert de la chaleur que des coups de son adversaire. PHOTOS RENÉ HARBONNIER (CLP)
 
AUTEUR :  Par J.Ca.
 
SOURCE : http://www.nordeclair.fr

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .