Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

18 May

Kasperski, un combat en prime time

Publié par Benoît

	 Kasperski, un combat en prime time
    
Ce jeudi soir (à partir de 20 h 45 sur Canal+ Sport) à Paris, Hugo Kasperski remet en jeu sa ceinture de champion de France contre un espoir francilien, de 10 ans son cadet. Chez son challenger, l’Asémiste aura moins de pression.
« Ça ne va pas être simple, du tout. » 
Hugo Kasperski le sait bien. Il n’a pas choisi la facilité pour la défense de sa ceinture de champion de France des poids mi­-lourds. En acceptant de mettre les gants contre le Francilien Louis Toutin, un espoir de la boxe, de dix ans son cadet, au Cirque d’Hiver, à Paris, chez son challenger, le boxeur de l’ASM s’est même compliqué la tâche.
 
« On n’a pas de beaux combats sans de grosses oppositions », affirme cependant l’expérimenté boxeur auvergnat, de retour dans le giron de l’ASM depuis septembre dernier. « Je fais ce sport pour avoir des challenges et essayer de ramener des résultats dans ma ville. Pour prendre du plaisir et en donner au public », souligne le Clermontois. Il aura dix rounds de trois minutes pour infliger sa première défaite à son jeune challenger (19 ans). Ce serait sa trentième victoire chez les pros. « Je vais tout faire pour que ça gagne », promet-­il, en espérant même pouvoir écourter le combat. Pour que la victoire lui revienne sans contestation possible. 
 
Son challenger, un jeune Gitan du « 9-3 », s’entraînant à Noisy-le-Grand. « Louis Toutin, c’est l’avenir. Le futur de la boxe. Ce qui se fait de mieux actuellement. Il a six victoires en six combats, toutes acquises avant la limite. Ce n’est pas anodin. C’est le protégé de l’organisateur de l’événement, Malamine Koné. » 
 
Un contexte forcément hostile. « Toutin est de Paris, le combat s’y déroule et l’organisateur de la soirée est son promoteur. Sans une victoire avant la limite, à mon avis, le résultat peut être très compliqué pour moi. En boxe, l’arbitrage n’est pas neutre. Quand on boxe à l’extérieur, il ne faut pas gagner un petit peu, il faut écraser l’adversaire pour avoir une chance d’en ressortir vainqueur. » 
 
A l’extérieur, comme lors de s a conquête du titre, le 3 mars à Saint-Lô, face à Gabriel Lecrosnier. « En venant à l’ASM, dans une nouvelle structure, les dirigeants ont été très clairs avec moi. Ils m’ont dit qu’ils ne comptaient pas organiser de combat (à Clermont). Ça m’oblige à aller boxer à l’extérieur. J’y suis habitué maintenant. On a le public et l’arbitrage contre nous. Ce qu’il faut, c’est être encore plus fort psychologiquement, physiquement et pugilistiquement parlant. Et puis en ressortir gagnant. Parce que c’est une victoire qui potentiellement compte double. Si 2 points suffisent pour gagner à la maison, là il en faut, 4, 5, 6, 12 pour qu’il n’y ait pas d’appel de la décision… » 
 
« J’ai déjà eu deux fois le titre »
 
 
La pression sera sur son adversaire. « Je suis confiant. Moi, je n’ai plus rien à prouver. J’ai fait de belles choses dans ce sport. J’ai déjà eu deux fois le titre (de champion de France). J’ai combattu pour des ceintures mondiales et fait des championnats d’Europe. Lui, non. J’aurai moins la pression que lui. Ça peut jouer. Pour lui, je suis une marche à franchir pour aller vers de plus hauts sommets. » 
 
Une préparation entre Clermont et Aulnay-sous-Bois. « Je me suis préparé à l’ASM avec Christian Merle et à Aulnay­-sous­-Bois (son ancien club, ndlr), où je me suis déplacé pour avoir des oppositions. Ce qui a été dommage dans ma préparation, ce sont ces aller et retour sur Paris, pour avoir des mises de gants, puisque l’ASM n’a pas le budget pour faire venir des sparring-­partners à Clermont. » 
 
Son entraîneur, Christian Merle. « Avec Christian, on s’est bien trouvé. Ça se passe particulièrement bien. On avait de l’appréhension avant de se mettre à travailler ensemble. On se connaissait depuis longtemps , mais on n’avait jamais eu cette occasion. Je suis admiratif de son parcours de sportif pro. J’espérais qu’il soit bon aussi en tant qu’entraîneur et ça se confirme. J’en suis très content. »
 
AUTEUR DE LA PHOTO : Hugo Kasperski repart en quête d'un titre de champion de France. © Jean-Louis Gorce
 
SOURCE: http://www.lamontagne.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .