Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

16 May

La légende Mike Tyson pourrait bientôt ouvrir son académie de boxe à Montpellier

Publié par Benoît

La légende Mike Tyson pourrait bientôt ouvrir son académie de boxe à Montpellier

 

Dix académies Mike Tyson vont voir le jour dans le monde. Et Montpellier fait partie de la liste ! Un Montpelliérain s'est associé avec la légende pour lancer un nouveau concept de salles de sport. 

C'est à Dubaï que Mike Tyson, l'ancien champion du monde des poids lourds, légende vivante de son sport, a présenté la Mike Tyson Academy, son nouveau concept de salles de sport mixtes, où les ateliers de fitness côtoieront les rings de boxe. Tyson s'est associé à deux jeunes entrepreneurs français, Karim le Montpelliérain et Frédéric le Bordelais, pour cette nouvelle aventure. Dix académies verront le jour d'ici la fin de l'année sur les cinq continents dont deux en France. Montpellier est sur la liste.
Le plus jeune champion du monde de l'histoire

Mike Tyson, l'homme aux poings d'acier est donc de retour. Pas sur les rings évidemment. “Aucune chance que je remette les gants, s'amuse-t-il. J'ai eu mon tour, j'ai déjà fait le boulot. Aux jeunes désormais de faire le leur.” À 50 ans, celui qui reste comme le plus jeune champion du monde de l'histoire chez les lourds (le 20 novembre 1986, il mettait K.O. le Canadien Trevor Berbick à l'âge 20 ans et 5 mois) lance la Mike Tyson Academy, un concept de salles de sport très haut niveau où fitness et boxe feront bon ménage. Une idée qui germe dans sa tête depuis deux ans, partagée avec deux jeunes entrepreneurs français, dont Karim Hocine, un Montpelliérain.

Mike Tyson avec son associé montpelliérain Karim Hocine.

En lançant ses académies, Mike Tyson a pour but de rendre à la boxe tout ce qu'elle lui a apporté. Sans elle, le gamin du Bronx, qui collectionnait délits et gardes à vue, sait qu'il aurait terminé sa vie comme ses potes de la première heure : dans un caniveau, le corps criblé de balles. Son enfance plus que difficile, avec un père aux abonnés absents et une mère qui vivait de ses charmes, a forgé ce caractère en acier trempé façonné par Cus d'Amato, son mentor, un émigré italien qui repéra tout de suite le potentiel du gamin.
Ce mental fit de Tyson un champion hors normes qui, l'année de son premier titre mondial, en 1986, affichait un palmarès unique : 28 combats, 28 victoires, dont 26 par K.O. D'Amato n'était plus là, emporté par la maladie un an trop tôt. Mais les paroles de son mentor italien résonnent toujours aux oreilles de Tyson. “Les rois et les reines connaîtront ton nom. Tout ce que tu as à faire c'est de m'écouter attentivement. Ton nom de famille régnera sur le monde entier…” Cus d'Amato avait vu juste.
La suite de la carrière de Tyson sera moins exceptionnelle, jalonnée par une succession de dérapages incontrôlés dont l'un, une accusation de viol sur une jeune miss de 18 ans, lui vaudra trois ans de prison.
“Offrir une chance de s'en sortir”

L'heure de la rédemption venue, Tyson aimerait offrir aux enfants “des cinq continents”, une chance de “s'en sortir”. “Le temps le dira, souffle-t-il. Quand je serai mort, on parlera peut-être de l'académie comme d'un héritage laissé aux jeunes. À mes enfants. À tous les enfants de la planète. Humilité, travailler dur, discipline seront les trois mots clés de notre académie. Ce seront les préceptes, les règles à suivre. Elles étaient mon baromètre quand je combattais. Lorsque les trois étaient réunies, ça fonctionnait bien.”


Pilier du projet des académies Mike Tyson, Karim Hocine, Héraultais de naissance, vit un rêve. “Je suis né à Montpellier”, raconte cet entrepreneur qui partage aujourd'hui son temps entre Dubaï (beaucoup), les États-Unis (pas mal) et la France (un peu). “J'ai fait toute ma scolarité au lycée Mermoz, raconte-t-il. Lors de ma première année de fac, j'ai créé une première société dans le transport. À 21 ans, je l'ai revendue. J'étais un peu aventurier dans l'âme. J'ai développé quelques affaires ici et là. J'achetais de petites entreprises, je les structurais avant de les revendre. Je faisais de l'immobilier en France, au Maroc.


Et puis en 2008, en pleine crise financière, j'ai débarqué à Dubaï pour un salon immobilier. Je m'y suis installé. J'avais aussi un pied à terre aux États-Unis. C'est là-bas que j'ai connu Fred (Frédéric Mandzimba, son associé bordelais). Nous avons monté une société de production pour imaginer de petits shows télé à LA. Fred représentait déjà Mike Tyson. Il y a deux ans, nous étions à Dubaï et il me dit : “il faut créer un concept sur le thème de l'héritage de Mike Tyson”. On est resté deux jours enfermés au Marriott Marquis à échanger, repenser l'idée. Et puis Fred a pris le téléphone pour appeler Mike Tyson aux États-Unis. Il a mis le haut-parleur et lui a expliqué le projet. Mike a tout de suite dit oui”.
Un système de franchises

Fred peaufine les idées, Karim réalise le business plan et l'aventure peut démarrer. Un système de franchises naîtra, sur un concept où le fitness et la boxe seront dispensés par des entraîneurs labellisés “Mike Tyson Academy”. Dans le cahier des charges, un petit musée à la gloire de Mike Tyson trouvera sa place. Les premières académies devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin 2017.


“Une dizaine en même temps, assure Karim Hocine. Las Vegas, bien sûr, où sera basé le siège de la société, l'Australie, l'Afrique du nord, la Côte d'Ivoire, et la France, avec deux ou trois salles”. Bordeaux, Paris et… Montpellier tiennent la corde. Pour entretenir le mythe d'Iron Mike entre les cordes.

 

AUTEUR : GILLES NAVARRO

SOURCE : http://www.midilibre.fr

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .