Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

15 Jun

Joffrey Jacob remet son titre de champion de France de boxe en jeu

Publié par Benoît

	 Joffrey Jacob remet son titre de champion de France de boxe en jeu

Ce vendredi, salle Calquella à Coquelles, le Calaisien Joffrey Jacob montera sur le ring pour la deuxième défense de son titre de champion de France des super-welter. Il sera opposé au Perpignanais Joël Duchemin, un adversaire qu’il connaît bien puisqu’il l’a déjà affronté (et battu) il y a un an.

 

Leur première opposition avait était l’amorce d’une belle histoire pour Joffrey Jacob, nouveau champion de l’emblématique famille calaisienne. Le Calaisien retrouve ce vendredi la route de Joël Duchemin qu’il avait battu le 3 juin 2016 à Calais. Une victoire qui avait alors convaincu le boxeur nordiste de partir à la quête du titre de champion de France des super-welter quelques mois plus tard, contre le Clermontois Kamal Mohamed. Un titre acquis en octobre que Joffrey Jacob a déjà remis en jeu une première fois en février.

«  C’est vrai que c’est mon troisième championnat de France en huit mois. Contre, Joël Duchemin, il y a un an, ça avait été un combat assez serré. J’ai progressé depuis. Il est aussi déjà venu pour m’entraîner. C’est un gars super sympa même s’il n’y a pas d’amitié sur un ring de boxe. Il a dû faire une grosse préparation, je me méfie. Mais je me sens bien, je n’ai aucun stress », sourit-il. Pourtant, cette fois, le combat n’aura pas lieu dans les mêmes circonstances puisque la ceinture du champion de France sera remise en jeu par le Calaisien qui attend avec impatience de monter sur le ring, salle Calquella, à Coquelles. «  J’ai fait de la musculation et du footing. On a beaucoup travaillé pour prendre en puissanceJ’ai revisionné le combat de l’année dernière. », précise le boxeur sans dévoiler sa stratégie. Du résultat de ce combat dépendra la suite de l’année.

Maire de Coquelles, Michel Hamy s’est quant à lui dit impatient d’y être. « C’est une belle soirée qui s’annonce. Je suis content que cette belle affiche soit programmée à Coquelles.  » Quatre combats pros sont programmés dès 20 h.

INFOS PRATIQUES

Tarifs et capacité : pour l’occasion, la salle Calquella pourra accueillir 1 300 personnes. Il reste des places en vente à 15 et 20€. Une billetterie sera encore disponible sur place.

Des combats dès 18 h : avant le combat de Joffrey Jacob dans la soirée, plusieurs rencontres sont programmées. À 18 h, les hostilités seront lancées par l’école de boxe. Vers 18 h 45 sept combats amateurs s’enchaîneront. L’occasion, entre autres, de venir découvrir plusieurs jeunes boxeurs calaisiens. Parmi, eux, on retrouve d’ailleurs un autre Jacob, Grégoire, fils d’Hervé Jacob (notre photo, en rouge). Les combats professionnels démarreront eux vers 20h.

La télévision au rendez-vous : SFR sports sera de la partie pour une diffusion en différé de l’événement, le 21 juin, à 20 h 30 sur SFR sports 5.

« Faire honneur à mon père »

Arrivé mercredi soir à Calais, dans la peau du challenger, Joël Duchemin (5 victoires, 2 nuls, 6 défaites) a hâte de retrouver Joffrey Jacob contre qui il avait combattu il y a un an. Le jeune boxeur de 27 ans est prêt à en découdre. Entretien.

- Dans quel état d’esprit êtes-vous avant ce combat ?

Je suis content de faire le championnat de France face à bon boxeur. Il est rapide et a un bon jeu de jambes. Je vais essayer de boxer comme je sais le faire. Je remercie en tout cas la famille Jacob de me laisser cette chance de combattre.

- Vous aviez perdu votre combat il y a un an, cela a t-il changé quelque chose dans votre préparation ?

On a déjà boxé ensemble. J’ai aussi été son sparring. On se connaît et ce n’est pas forcément un avantage. Il y a un an, il avait mérité sa victoire. J’ai pu rectifier certaines choses. Mais ça reste un combat comme un autre.

- Comment vous-êtes vous préparé à votre premier championnat de France ?

Je me suis entraîné de manière plus intensive, matin et soir. Il y a de la bonne pression. Il ne faut pas décevoir les gens qui sont derrière moi.

- Votre famille est originaire de la région, on imagine qu’ils seront là pour vous soutenir ?

Ils seront là, ma mère, mon beau-père... Mon père a été boxeur à Dunkerque donc j’ai encore de la famille dans la région même si je suis né à Perpignan. C’est lui qui m’a tout appris. J’avais arrêté la boxe à 19 ans et j’ai repris à 23 quand il est décédé. Il m’a formé pendant 15 ans. J’ai repris pour essayer de venir aux championnats de France. Je veux lui faire honneur pour tout le travail qu’on a fait.

- Le fait d’affronter un boxeur qui n’a toujours pas connu la défaite en 16 combats, est-ce une pression supplémentaire ?

J’ai déjà boxé quatre ou cinq boxeurs qui étaient invaincus. J’aurais plus de pression si je jouais chez moi. C’est une situation qui me plaît.

AUTEUR ET SOURCE: http://www.lavoixdunord.fr

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .