Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

09 Jun

Mike Tyson, colosse colombophile

Publié par Benoît

Mike Tyson, colosse colombophile

 

Après avoir tenté d’amadouer ses vieux démons, l’ancien champion du monde poids lourds publie un nouveau livre, consacré à l’entraîneur Cus D’Amato, celui qui l’a «découvert». On ressent chez lui comme un besoin de raconter, pour mieux gérer sa vie d’après

«Avant Cus, ce sont des pigeons qui m’ont sauvé la vie.» On se réjouissait de l’entendre, lui la légende de la boxe, le dire de sa voix presque adolescente marquée par un zézaiement prononcé, avec son air faussement timide. Mais ce jour-là, alors qu’il était attendu dans une librairie de la Cinquième Avenue, à Manhattan, il ne s’est pas montré. Mike Tyson a annulé sa venue à la dernière minute. Des problèmes liés à une récente blessure qui l’empêchent de voyager, explique-t-il sur son compte Facebook. Il va donc falloir se contenter de ce pour quoi il était censé venir: son nouveau livre, consacré à l’entraîneur Cus D’Amato, celui qui l’a découvert quand il n’avait que 13 ans. L’homme à qui il voue une admiration sans limite.

«Mon premier combat est arrivé par accident»
Les pigeons? Ils sont pour ainsi dire à l’origine de sa carrière dans la boxe. Il a beau avoir eu trois tigres, les pigeons restent sa première passion. Car, oui, Mike Tyson est colombophile. «Mon premier combat est arrivé par accident», raconte-t-il dans son livre. «J’ai utilisé un peu d’argent que j’avais volé pour acheter mes propres pigeons. Je les gardais dans un immeuble abandonné. Un type a volé un de mes oiseaux et, quand je lui ai demandé de me le rendre, il l’a sorti de son manteau, lui a tordu le cou et a frotté son sang sur moi.» Mike a fini par le frapper. Fort. Il frappe, frappe, et se fait applaudir. C’était la première fois qu’il prenait «goût aux applaudissements».


En 2013, l’ancien champion du monde poids lourds à l’impressionnant palmarès – 50 victoires sur 58 combats, dont 44 par KO – avait déjà publié une autobiographie, au titre pour le moins ambitieux: La Vérité et rien d’autre. Il y évoquait son passé de voyou sanguin, ses vieux démons. Alcool, sexe – il a été condamné pour viol en 1992 –, drogues et tentative de suicide, choisissez l’ordre. Et son faux pénis. Avant ses combats, il lui arrivait de fumer de l’herbe ou de prendre de la coke. «La coke, ce n’était pas un problème, écrit-il. Parce que ça sort aussi­tôt de votre organisme mais, pour l’herbe, qui reste à l’in­té­rieur, j’ai dû, au moment des contrôles, utili­ser un faux pénis où on met de l’urine saine de quelqu’un d’autre.»

Converti à l’islam


Mike Tyson avait choisi de se livrer, prêt à retourner le couteau dans la plaie des souvenirs douloureux. Comme s’il souhaitait se refaire une virginité en exorcisant son tempérament de racaille. Oui, il a trahi des femmes. Oui, il a abusé de sa puissance musculaire en dehors des rings. Oui, il a gagné plus de 300 millions de dollars pendant sa carrière de boxeur, mais a dû se déclarer en faillite en août 2013. Mike Tyson, qui s’est converti à l’islam en prison en purgeant sa peine pour ce viol qu’il a toujours refusé de considérer comme tel, a aussi rouvert des pans de sa vie qui font très mal. Enfant, il a été enlevé et abusé sexuellement. Autre drame, en 2009: sa fille Exodus, à peine 4 ans, meurt, étranglée par la corde d’un de ses tapis de musculation.

Iron Mike, colosse aux pieds d’argile, qui ne cesse de dire que sa vie a été un «énorme gâchis», voulait montrer sa fragilité. «Ma plus grande faiblesse est ma sensibilité, aime-t-il dire. Je suis trop sensible.» Il aurait souhaité tourner la page de son passé, y compris celle de la boxe. «Les gens respectent le combat­tant, ce que j’ai accom­pli sur un ring. Mais moi, j’ai­me­rais que ce gars-là soit mort, qu’il n’ait jamais existé», confiait-il à L’Equipe Magazine en 2013. Mais le voilà qui rouvre cette page. Celle de la boxe du moins. En rendant hommage à Cus D’Amato, plus de 30 ans après sa mort.

Père spirituel
Avec sa masse musculaire déjà ado, Mike Tyson s’était très vite fait remarquer en maison de correction. Il est alors envoyé dans l’établissement de boxe de Cus D’Amato. L’homme devient son père spirituel et même adoptif, celui à qui il doit tout, dit-il, ne lésinant pas sur les superlatifs. Mais Cus D’Amato meurt trop vite. D’une pneumonie, en novembre 1985, quelques mois à peine après le début de carrière fulgurant de «Kid Dynamite».

Aujourd’hui, le bad boy à l’œil gauche cerclé d’un tatoo tribal – ailleurs, il arbore aussi les visages d’une de ses femmes, du Che Guevara, du tennisman Arthur Ashe et de sa tigresse Kenya –, mise sur une vie sans trop d’éclats. La crise de la cinquantaine, peut-être, pour ce père de huit enfants. Il aura 51 ans le 30 juin. Mike Tyson, trop souvent ramené au combat mythique de 1997 où il a croqué l’oreille de son adversaire Evander Holyfield, est apparu plusieurs fois au cinéma, souvent pour jouer son propre rôle. Il s’est aussi essayé au rap et a fait une tournée avec un one-man-show basé sur son autobiographie, mis en scène par Spike Lee.

Mike Tyson, c’est aussi un soutien de Donald Trump. Peu avant de mourir, Mohamed Ali s’en était pris au candidat Trump, pour ses attaques répétées contre les musulmans. Pas Mike Tyson. Est-ce parce que Donald Trump, fan de catch et de boxe, l’a aidé financièrement des décennies plus tôt? Le milliardaire l’a aussi publiquement défendu lorsqu’il était accusé de viol. Mike Tyson ne l’oublie pas.

Profil:

1966: Naissance le 30 juin à Brooklyn, New York.

1986: Devient champion du monde catégorie poids lourds. Reste le plus jeune de cette catégorie à avoir remporté un titre mondial.

1990: Perd son premier combat, contre James Buster Douglas.

1992: Est condamné à 6 ans pour viol. Sort de prison en 1995.

1997: Combat mythique contre Evander Holyfied. Est disqualifié pour avoir mordu l’oreille de son adversaire.

2005: Se retire de la compétition.

2013: Publie son autobiographie. Son deuxième livre, «Iron Ambition: My Life with Cus D’Amato», sort le 30 mai 2017.

Auteur : Valérie de Graffenried

SOURCE: /www.letemps.ch/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .