Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

01 Jul

Pacquiao, la quête de ''Money'' comme carburant

Publié par Benoît

Sorti de sa « retraite » en novembre pour reconquérir le titre WBO des welters, Manny Pacquiao défend sa ceinture ce dimanche en Australie (en direct à 5h sur SFR Sport 1) face à Jeff Horn, un boxeur local invaincu qui ne représente a priori pas une immense menace pour le Philippin. Qui cherchera à infliger son premier KO depuis 2009 pour garder vivant le rêve qui le fait encore remonter sur un ring : une revanche ultra lucrative contre Floyd Mayweather.

A force, on se demande pourquoi il continue. A 38 ans et plus de 65 combats professionnels (59-6-2) au compteur, qu’est-ce qui pousse Manny Pacquiao à remonter sur le ring ? Champion du monde dans huit catégories différentes, le Philippin n’a plus rien à prouver dans le noble art. Et avec son poste de sénateur au pays, c’est un sacré emploi du temps qu’il doit gérer pour continuer à régaler ses fans entre les cordes. Alors, qu’est-ce qui le motive à remettre les gants comme ce dimanche devant les 55.000 spectateurs du Suncorp Stadium de Brisbane, où il défendra pour la première fois sa ceinture mondiale WBO des welters face au local Jeff Horn (en direct à 5h sur SFR Sport 1) ? L’amour de son sport, d’abord.

« Quand il s’entraîne, c’est comme une soupape pour relâcher la pression, son humeur change »

« La retraite sportive ne convient pas à Manny pour l’instant, explique son conseiller Michael Koncz sur le site Sunday Puncher. La boxe est dans son sang. Quand il s’entraîne, c’est comme une soupape pour relâcher la pression. Son humeur change drastiquement. Il est heureux. C’est incroyable l’effet que l’entraînement et le combat ont sur lui. » La recherche du bonheur, donc. Un beau discours. Mais pour toucher à la réalité, il faut creuser un peu plus. Si Pacquiao reste boxeur, c’est aussi une question pécuniaire. Pour financer son train de vie mais aussi sa carrière politique, empocher un bon paquet de dollars supplémentaires ne gâche rien. Malgré sa défaite dans le « combat du siècle » (qui n’en portait que le nom) face à Floyd Mayweather et ses remarques plus que désobligeantes sur les homosexuels, « Pac-Man » reste l’un des pugilistes les plus connus du grand public. Et cela rapporte.

Une preuve de la quête de gros sous de celui dont on dit qu’il a déjà empoché plus de 500 millions de dollars en 22 ans de carrière ? Alors qu’il était prévu qu’il affronte Horn en avril à Brisbane, Pacquiao avait préféré se dérober devant la proposition d’un consortium des Emirats arabes unis d’une bourse de 49 millions de dollars pour affronter le Britannique Amir Khan, l’homme que les fans du Philippin avaient choisi via les réseaux sociaux comme meilleur prochain adversaire possible. Problème ? L’offre n’était qu’un mirage du désert. Et Pacquiao a fini par revenir vers Horn, un combat pour lequel il devrait toucher minimum plus de 10 millions de dollars. La réflexion arrive alors à la véritable raison de son acharnement sur le ring, conséquence des besoins financiers. Elle porte un nom : Floyd Mayweather.

Manny Pacquiao aux Philippines avec sa ceinture mondiale WBO des welters
Manny Pacquiao aux Philippines avec sa ceinture mondiale WBO des weltersAFP

Pacquiao n’a pas abandonné l’idée de « venger » son revers contre l’Américain. Si ce dernier avait indiqué qu’il ne sortirait pas de sa retraite pour moins de 100 millions de dollars, ce qui voulait dire Manny ou rien dans la boxe, un certain Conor McGregor lui a offert cette possibilité dans un combat beaucoup moins risqué que celui contre le Philippin. Mais Pacquiao veut encore y croire. « Il veut sa revanche », confirme Freddie Roach, son coach historique, dans une interview à Sky News. Il y a tout de même un gros hic. Car pour retrouver Floyd après la déception de leur premier duel, il faudra convaincre le public que la chose vaut le coup. Affronter d’autres grands noms et les battre pourrait le permettre. On pense aux Américains invaincus Keith Thurman et Errol Spence, respectivement champions WBA-WBC et IBF des welters. On rêve du brillant Terence Crawford, champion WBC-WBO-The Ring des super-légers, la catégorie juste en-dessous, pour un « super combat » de feu. Mais pas question pour Pacquiao.

Roach : « Pour espérer retrouver Mayweather, vous devez briller »

S’ils sont autant d’occasions de briller, ces noms possèdent aussi l’inconvénient d’un grand risque, celui de la défaite. Un revers qui tirerait un trait définitif sur des retrouvailles avec Mayweather. Alors après être sorti de sa « retraite » pour reconquérir la ceinture WBO des légers contre Jessie Vargasen novembre, Manny opte plutôt pour un Horn. Sans faire injure à l’Australien, invaincu chez les pros (16-0-1), l’habitant et natif de Brisbane ne présente pas un CV pugilistique et une puissance de feu à même d’inquiéter un champion tel que Pacquiao. Le risque existe aussi, un revers face à un combattant du calibre de Horn brisant également toute possibilité de revanche contre « Money », mais il est moindre.

Et le Philippin peut tenter d’en profiter pour se montrer sous son meilleur jour. Alors qu’il n’a plus arrêté un adversaire avant le gong final depuis son KO au douzième round contre Miguel Cotto en novembre… 2009, et perdu trois combats sur douze – dont le terrible KO infligé par Juan Manuel Marquez – dans l’intervalle, Manny espère bien ne pas voir le bout du combat face à l’Australien. « Pour espérer retrouver Mayweather, vous devez briller, pointe Roach. Donc contre Horn, il doit briller. Il doit être impressionnant. Il n’aime pas prédire les KOs mais moi oui. Je pense que cela va être court et agréable à voir pour nous. »

Pac-Man, un surnom qui lui va si bien en ce moment

S’il n’a plus la même force de frappe que dans ses grandes années, et si le KO infligé en contre par Marquez a calmé ses ardeurs offensives (une évidence rappelée avec malice par Horn devant la presse locale), Pacquiao reste un boxeur précis et efficace. Qui peut faire mal à un adversaire qui se jette un peu trop dans la gueule du loup. « Si Horn combat comme il l’a annoncé, très agressif, Manny va lui répondre et le combat sera superbe mais ne durera pas longtemps, annonce Roach. Quelqu’un va être mis KO. » S’il ne se nomme pas Pacquiao, cela sonnera sans doute la fin de parcours pour le Philippin. Et les utopiques retrouvailles avec Mayweather, qui autant être clair ne sont de toute façon pas gagnées tomberont pour de bon aux oubliettes. Le garçon n’a jamais mieux porté son surnom, finalement. Car qui est le personnage de jeu vidéo qui récolte infiniment de l’or en évitant les risques, en regardant constamment derrière son dos pour éviter d’être mangé par un adversaire, pour espérer toucher le jackpot ? Pac-Man. Tout est dit.

 

AUTEUR :  ALEXANDRE HERBINET

SOURCE: https://sport.sfr.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .