Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

05 Jul

Manny Pacquiao, le début de la fin d'un grand champion

Publié par Benoît

	 Manny Pacquiao, le début de la fin d'un grand champion

Quel atout majeur distinctif le boxeur philippin Manny Pacquiao avait dans son jeu alors qu’il était à son meilleur?

Une vitesse exceptionnelle, l’éclair dans ses gants qui aveuglait ses adversaires avant de les achever.

Qu’est-ce qui a manqué au «Pac Man» (59-7-2, 38 K.-O.), lors de sa défaite en combat de championnat du monde des mi-moyens contre le bon, mais sans plus, boxeur australien Jeff Horn (17-0-1, 11 K.-O.)? Cette fameuse vitesse exceptionnelle.

Elle est disparue, envolée, et elle ne reviendra plus. C’est la première chose qu’un individu perd dans sa vie. Le temps l’a rattrapé comme il a rattrapé Bernard Hopkins il n’y a pas si longtemps. Tout comme ce dernier, il y a quelques mois, il nous a semblé une pâle copie du grand champion qu’on a connu.

Pourtant, Jeff Horn ne représentait pas un grand danger. Quels étaient ses avantages? La stature, le poids, lui qui est définitivement un «gros» mi-moyen. Avec la réhydratation, il devait avoir une quinzaine de livres de plus face à un Pacquiao, un mi-moyen gonflé, qui ferait la division inférieure très facilement.

La stratégie de Horn en était une de base, très simpliste. Déplacements et coups directs, lui qui était avantagé par la portée. Le seul round où il est sorti de son plan de match fut le neuvième et il en a payé le prix.

Une méchante «volée» qui a obligé l’arbitre à venir lui dire pendant la minute de repos de se défendre sinon, arrêt du combat. Le round suivant, Horn est reparti sur le bicycle, encouragé par ses partisans et c’était la fin des haricots pour Pacquiao, pas capable de le rejoindre.

Champion du monde de six divisions de poids différentes, participant au combat le plus lucratif de l’histoire contre Floyd Mayweather, boxeur de l’année à trois reprises, Pacquiao est un phénomène hors du commun.

Je l’avais vu pour la première fois et analysé son combat de championnat du monde des poids coqs, en 2001, en compagnie de Jean-Paul Chartrand senior, contre le Sud-Africain Lehlo Ledwaba, qu’il avait vaincu avant la limite. Il nous avait mis K.-O., tellement il avait été impressionnant. Du Gatti dans le nez.

L’année 2017 ne s’annonce pas très bonne pour lui. En espérant qu’il ne s’accroche pas trop longtemps à sa gloire passée, comme bien d’autres.

SOURCE: 

http://www.tvasports.ca/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .