Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

04 Aug

Le choc des titans a déjà commencé à la Fight Night de Saint-Tropez

Publié par Benoît

Le choc des titans a déjà commencé à la Fight Night de Saint-Tropez
Première rencontre, hier soir au Byblos, entre Greg Tony et Bob Sapp. Premières invectives entre deux colosses décidés à ne pas se faire le moindre cadeau. La pression monte
Greg Tony ! Greg Tony ! La voix tonne dans la chaleur moite de cette fin de soirée de mercredi. Les clients du bar de la piscine du Byblos sursautent. Se regardent incrédules. Soudain apparaît, surgi de nulle part, un géant noir de plus de 160 kg, au regard glacial, au faciès buriné par les coups encaissés dans la vie et sur les rings. Impressionnant.
 
Et lorsqu'il aperçoit son futur adversaire, le fameux Greg Tony, il se rue sur lui. Vincent Pelat et Olivier Muller, les organisateurs de ce combat vedette planifié demain soir vendredi à la Citadelle, s'interposent entre les deux force de la nature. Car la charge héroïque du géant des States n'a pas ému le moins du monde l'enfant du pays qui s'exclame: "Vendredi soir, je vais lui mettre la misère!"
 
Le ton est donné. La soirée promet car outre l'affrontement titanesque, six autres combats sont au programme. Du punch, de l'adrénaline et de l'émotion seront une fois de plus au rendez-vous.
 
 
DEUX FOOTBALLEURS PUIS BOXEURS
 
Greg Tony et Bob Sapp étaient-ils destinés à s'affronter ? Pas certain. Car leurs trajectoires de vie sont différentes. Greg a vu le jour du côté de Nancy, c'était en 1978, précisément le 27 mai. Tandis que Bob poussa son premier cri cinq ans plus tôt dans une petite ville du Colorado (USA).
 
Pour le petit gars de l'Est, devenir footballeur lui semblait être une évidence : "J'ai intégré très tôt le centre de formation de l'AS Nancy et j'aspirai à être professionnel".
 
Hélas, son rêve s'estompa en deux temps : "J'étais un bon défenseur central mais mon caractère bien trempé m'a valu quelques soucis d'autant que j'avais un peu pris le melon."
 
Étonnamment, Bob entama sa carrière sportive en jouant également au football, mais américain. "J'ai évolué en NFL avec les Minnesota Vikings. Mais le foot c'était juste pour obtenir de la reconnaissance. Non, mon sport préféré est de loin le kick boxing."
 
Son sourire en dit long sur le plaisir qu'il éprouve encore, à un peu plus de 42 ans, entre les quatre cordes du ring. C'est sans doute l'unique point commun entre les deux guerriers.
 
Car le jeune nancéen, une fois les crampons raccrochés et les gants enfilés, "sur une initiative de mon grand-père François Sassi qui m'imaginait boxeur, j'ai boxé sans discontinuer."
 
Vendredi soir, il entrera pour la dernière fois dans ce rectangle qui lui a procuré tant de bonheur et de gloire. Histoire de mettre un point final à sa carrière comptant pas moins de 81 victoires en 97 combats, sans compter les 21 succès sur 28 rencontres disputées en boxe anglaise. "Je suis impatient d'en découdre. De finir en beauté. J'entends imposer ma vitesse et ma précision afin de terrasser celui que tout le monde surnomme "la Bête"."
 
BOB SAPP: "JE VAIS VAINCRE!"
 
Dans la voix et le regard la détermination transpire. Sapp aussi prétend gagner. Un verbe qu'il a parfois oublié de conjuguer: "J'ai fait du catch puis du MMA, du kick et du Muay Thaï ainsi que du cinéma et de la télévision. Tout cela pour récolter de l'argent afin d'aider des enfants africains dans le besoin. J'ai également fait installer des filtres à eau dans une région de l'Ouganda et j'ai participé à des actions caritatives avec mes amis boxeurs jusqu'en Corée du Nord. Cette fois, j'ai fait un break pour m'entraîner au Brésil avec les meilleurs et parvenir à casser le rythme de Greg. Je vais vaincre !"
 
A deux pas de là, celui qui travaille depuis déjà neuf ans au sein du Byblos en qualité de portier des Caves du Roy, kiffe l'instant présent. Se dit pressé d'en découdre avant de refermer le grand livre de sa carrière et d'en ouvrir un tout neuf.
 
 
"Je vais me consacrer à la carrière de mes deux élèves que sont Dylan Colin et Pierre Pelestin. Car la boxe restera toute ma vie."
 
Pour Sapp, le temps des l'au revoir approche aussi. Il ne reste plus qu'à connaître l'épilogue pugilistique de cette rencontre, effectivement improbable sans la magie de ce sport. Et comme le chantait si bien Nougaro : "Quatre boules de cuir tournent dans la lumière. De ton œil électrique, Boxe, Boxe, ô déesse de pierre. Quatre boules de cuir, mes poings contre les siens... "

 

AUTEUR :  PAR G. CRESTEIL 

SOURCE: http://www.varmatin.com

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .