Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .

29 Jul

un parfum de jeux Olympiques pour la Havraise Amina Zidani

Publié par Benoît Sainte Marie

Amina Zidani, la boxeusede la Don’t Panik Team,participe actuellementà l’Insep au stage de préparation de l’équipede France en vue des JO.Si elle n’ira pas à Rio,la jeune Havraise touchede près le rêve olympique.

Amina Zidani, la boxeusede la Don’t Panik Team,participe actuellementà l’Insep au stage de préparation de l’équipede France en vue des JO.Si elle n’ira pas à Rio,la jeune Havraise touchede près le rêve olympique.

Depuis son sacre lors des derniers championnats de France amateurs des supers-légers, en février dernier, la carrière d’Amina Zidani (22 ans, senior moins de 64 kg) a pris une autre tournure.

Après plusieurs rassemblements avec l’équipe de France, la Havraise, tout juste revenue d’un stage de trois mois à Malte dans le cadre de ses études (elle passe un BTS d’assistant-manager), a dû très vite se remettre dans le rythme de la compétition avec seulement deux semaines de préparation avec ses entraîneurs, Abdel et Nahim Zaouiche. Un délai très court avant de rejoindre samedi dernier Paris et l’Insep, théâtre du stage de préparation final d’une semaine avant les jeux Olympiques de Rio (du 5 au 21 août) des équipes de France masculine et féminine.

« Je ne suis pas au top de ma condition physique, comme la plupart des autres filles appelées. C’est une reprise avant l’heure, quelque peu inattendue. Mais on essaye de faire de notre mieux. On n’est pas là pour se plaindre, on sert de sparring-partner et on se donne à fond pour aider au maximum les boxeuses qui vont aux JO. » À savoir Sarah Ourahmoune (51 kg, Boxing Beats Aubervilliers) et Estelle Mossely (60 kg, RSC Champigny-sur-Marne), premières Françaises de l’histoire à défendre les couleurs tricolores dans le noble art.

« LES YEUX QUI PÉTILLENT »

« À la base, je n’aime pas courir, le début du stage a été un peu compliqué, poursuit Amina Zidani, qui s’entraîne deux fois par jour avec un programme chargé. On a de la musculation, de la course sur une piste d’athlétisme, des séances techniques avec les gants et des test-matches. Heureusement, le soir, on peut bien se reposer lors des séances de balnéothérapie ou de cryothérapie. On n’est pas là pour faire de la figuration, il faut mettre à l’épreuve les sélectionnées pour Rio. »

Dans la structure d’élite du sport français, Amina Zidani touche du doigt le rêve olympique. « On a les yeux grands ouverts, qui pétillent. Je baigne vraiment dans l’ambiance des JO. Il y a onze qualifiés, ce qui est historique pour notre sport. À l’Insep, il y a de la joie, l’ambiance est vraiment bonne malgré, aussi, l’enjeu, la fatigue et la pression qui augmentent. On voit souvent des journalistes, il y a des séances photos pour tous les sélectionnés, cela donne envie. C’est un rêve que j’espère pouvoir réaliser lors des prochains Jeux (en 2020, à Tokyo). Vivre ça dans une vie, ce serait le top. »

La boxeuse du Havre, victorieuse à vingt-six reprises en trente et un combats amateurs, prend également exemple des parcours de celles appelées à défendre les couleurs françaises dans le pays des Cariocas. « J’ai vu ces boxeuses galérer, avoir des blessures ou enchaîner les stages loin de chez elles. Elles n’ont pas lâché le morceau, un peu comme Sarah Ourahmoune, une fille que j’apprécie énormément. Elle est maman, chef d’entreprise et une sportive accomplie. Réussir sur les trois tableaux est quelque chose de magnifique. C’est vraiment un modèle pour moi, elle a toujours le sourire, elle s’est donnée à fond pour se qualifier après son échec en 2012, et aujourd’hui cela paye. Un tel parcours peut m’inspirer, me donner de la force à certains moments qui seront compliqués dans ma vie. »

Au contact d’Estelle Mossely, championne du monde amateur en mai dernier chez les poids-légers, Amina Zidani emmagasine une belle expérience. « Combattre avec une boxeuse de ce niveau est un réel plaisir. Contribuer, rien qu’un peu, à sa mission de décrocher une médaille olympique, alors qu’elle pourrait arrêter sa carrière après les JO, est une énorme chance. Si elle y parvient, tout comme Sarah, je serai la plus heureuse. »

Dans une autre catégorie

Une fois le stage terminé, Amina Zidani va s’accorder deux jours de repos avant d’attaquer sa préparation dans la perspective des championnats d’Europe, qui auront lieu en novembre. Sa présence régulière lors des stages de l’équipe de France peut inciter à l’optimisme. « Je n’attends rien de personne, indique la Havraise. Je vais m’entraîner très sérieusement pour être dans les meilleures conditions. En fait, je n’ai pas le choix, je dois être la meilleure. » Mi-septembre, un autre stage avec l’équipe tricolore est programmé. D’ici là, la licenciée de la Don’t Panik Team va entamer un régime pour descendre chez les poids-légers (moins de 60 kg). « Anthony Veniant, l’entraîneur de l’équipe de France, me l’a fortement conseillé, explique la championne de France amateurs des 64 kg. Avec Doudou (Nahim Zaouiche), on l’avait aussi envisagé l’an dernier. Mais je n’avais vraiment pas digéré ma défaite en quart de finale des championnats de France 2015, et je ne voulais pas quitter cette catégorie sans un titre. Les 60 kg, c’est une catégorie olympique, plus adaptée à ma morphologie, avec un niveau plus relevé. Cela va être très dur de perdre du poids, mais cela m’obligera à avoir une meilleure hygiène de vie et me rendra plus dure. Ça ne peut me faire que du bien, pour évoluer physiquement et mentalement. »

AUTEUR: LUC GALLAIS

SOURCE: http://www.paris-normandie.fr/

À propos

Blog d'informations sur le noble art en France et dans le reste du monde .